PORTRAIT : Un héros du « Samedi noir » australien, Peter Collyer, adopte six Greyhounds retirés des courses.

Article de Kelly Ryan pour l’Herald Sun
http://www.heraldsun.com.au/news/greyhound-bunch-just-love-loafing/story-e6frf7jo-1226096331946
18 juillet 2011


Peter Collyer, photo : Darren Mcnamara. Source: Herald Sun


Notes du traducteur :

Le « Black Saturday » : Le samedi 7 juillet 2009, plusieurs feux se sont déclarés en rafale à travers l’État de Victoria en Australie. Ces feux se sont déclenchés lors de conditions météorologiques extrêmement propices à leur propagation, et a suscité la plus grande vague de morts liées au feu jamais vue en Australie : 173 morts et 414 grands brûlés.

Pas moins de 400 feux différents ont été enregistrés en ce 7 juillet.



Deux habitants de Melbourne, Russell Glenn and Vicki Moritz, ont regardé leur maison de vacances de Marysville détruite dans les flammes. Photo | Russell Glenn







Le policier Peter Collyer est un sauveur-né.

En effet, ce policier fait partie de ceux qui ont risqué leur vie pour secourir les habitants de Marysville lors du Samedi noir d’Australie.

Par la suite, apprenant que les lévriers retirés des courses courraient le risque très probable d’être tués à la fin de leur carrière, il adopta non pas un mais six de ces longs nez auprès d’un programme d’adoption. Depuis, il s’est offert une machine à coudre, et a appris comment fabriquer des manteaux à ses chiens.

« Ils adorent se dégourdir les jambes tous ensemble, parfois en courant à pleine puissance, ce qui signifie, pour un lévrier à près de 75kkm/h » explique le constable senior Collyer.

Bien loin du cliché du Greyhound « assoiffé de course » qu’ont en tête trop de gens, Peter Collyer admet volontiers que ce sont de vraies « couch potatoes », assoiffés de canapés…

« Ils ont chacun leur canapé, et n’aiment rien de plus qu’y fainéanter. Ce sont des chiens construits pour des courses intenses mais courtes qui aiment ensuite se relaxer des heures. »

Ce père de deux enfants adopta un seul premier chien, Asha. À son contact il décida qu’elle avait besoin de compagnie. Ted rejoignit alors la famille, après avoir fait amasser l’équivalent de 21 000 dollars à ses parieurs durant sa carrière.

Ensuite, arriva Bobby (mort depuis), Holly, Marco, Red et Ellie.

« Je pense qu’il est plus facile d’avoir le contrôle d’un groupe de six lévriers que celui d’un gros chien comme le Berger Allemand. Ils s’asseyent en cerclent dans mon dos le soir pendant que je prépare leurs gamelles, et s’avancent un par un à mesure que leur nom est appelé à leur place pour manger. »

« Ils sont tous arrivés déjà parfaitement préparés à la vie en foyer, savaient se tenir et se respecter les uns les autres. Quiconque recherchant un chien « sans problème » et en qui on peut avoir confiance ne devrait pas passer à côté d’un Greyhound retiré des courses. »

Des milliers de chiens attendent d’être adoptés.

Net link: www.gap.grv.org.au

ryankel@heraldsun.com.au

Traduction Marie Heuzé pour Lévriers en détresse. www.levriers-en-detresse.org


Article original :

Greyhound bunch just love loafing
http://www.heraldsun.com.au/news/greyhound-bunch-just-love-loafing/story-e6frf7jo-1226096331946
Kelly Ryan
From: Herald Sun
July 18, 2011 – 12:00AM


Black Saturday hero Peter Collyer has taken in six greyhounds. Picture: Darren Mcnamara. Herald Sun

POLICEMAN Peter Collyer is a life saver at heart.

The Baxter Senior-Constable risked his life to help residents flee Marysville on Black Saturday.

And later, when he learnt retired greyhounds were at risk of being destroyed at the end of their careers, he adopted not one but six of the loping mutts through the Greyhound Adoption Program. Now he’s bought a sewing machine and taught himself how to make warm coats for his hounds.

« They love to stretch their legs and they take off together, sometimes running at full pelt, which for a greyhound means up to 75km/h, » Sen-Constable Collyer said.

But far from being the exercise-hungry hounds many people mistake greyhounds for, Sen-Constable Collyer agrees they are the original « couch potatoes ».

« They’ve all got their own couch and they love nothing more than to laze about. They are built for short bursts of speed but they like to relax. »

The father of two began with one dog, Asha, and then decided she needed canine company. Ted joined the family after amassing $21,000 in prize money during his career.

Then came Bobby (deceased), Holly, Marco, Red and Ellie.

« I think six greyhounds are easier to keep than one big dog like a German shepherd. They sit in a circle at night as I mix their food in a bucket and come forward one by one as their name is called to eat. »

« They all came house-trained and well-mannered and love each other. Anyone looking for a trouble-free, reliable dog can’t go past a retired greyhound. »

There are scores of dogs awaiting adoption.

Net link: www.gap.grv.org.au

ryankel@heraldsun.com.au

Publié dans Actualités | Commentaires fermés sur PORTRAIT : Un héros du « Samedi noir » australien, Peter Collyer, adopte six Greyhounds retirés des courses.