Transport d’animaux vivants et cruauté programmée

Janusz Wojciechowski, eurodéputé polonais, membre de la commission de l’agriculture et du développement rural à Strasbourg, propose de réduire et limiter à 8 HEURES le temps de transport des animaux vivants dans l’Union Européenne. « Nous devrions insister pour limiter de tels transports pour toutes les espèces d’animaux » insiste le rapporteur polonais Monsieur Janusz Wojciechowski.

La Pologne est le pays européen où la tradition d’un animal de compagnie, chien, chat existe depuis fort longtemps.
Par ailleurs, les écoliers apprennent, très jeunes, à reconnaître les animaux des forêts, à leur donner une nourriture appropriée lorsqu’il fait très froid en hiver.
La chute du communisme de permis aux Polonais à créer des associations de protection animale sans le risque d’une arrestation pour propagande anti-communiste.

En France, c’est Madame Bardot et sa Fondation qui ont fait grand bruit autour de la cruauté subie par les animaux lors des transports trop longs dans des conditions déplorables et cruelles.

Lévriers en Détresse ne peut que soutenir l’eurodéputé dans ses propositions de réduction du temps de transport, de modernisation des véhicules de transport, de contrôle et respect des règles existantes au sein de l’UE.
Pour mémoire, la législation en vigueur depuis 2007 n’a pas porté ses fruits et les eurodéputés tentent d’en analyser les raisons.

Depuis sa création, LED a toujours porté un soin particulier aux transports des galgos et des greyhounds, ce qui a permis qu’aucun animal ne décède durant les voyages. Temps d’arrêt toutes les deux heures pour prendre soin de chaque lévrier en ayant besoin (« pipi » et eau en cas de nécessité), repos des chauffeurs.

Les greyhounds d’Irlande et d’Angleterre que nous accueillons depuis 2003, ne voyagent que s’ils sont en bonne santé. Aucun chien malade ne prend la route. Anglais et Irlandais, amis des bêtes, sont très rigoureux à ce sujet, et nous nous en félicitons.
Nos partenaires disposent de véhicules super équipés et prennent le temps de repos la nuit avant d’arriver à Calais. Tous les chiens dorment alors dans un chenil.
En France, grâce à notre partenariat avec la SDA de Cambrai, nos lévriers n’ont que 2 à 3 heures de trajet.
Notre camion est équipé de cages fixes qui ne risquent pas de se renverser. Chaque greyhound ou galgo, peut s’allonger complètement. La ventilation est constante. Le véhicule est entièrement climatisé.
Aucun stress ni pour les chauffeurs ni pour les lévriers !
Notre partenariat avec Greyhounds in Need, depuis mai 2000, fait que les galgos étaient bien préparés à voyager dans des véhicules anglais, voyages logistiquement « nickels ».

Nous déplorons que des animaux malades voyagent sur des milliers de kilomètres sans descendre des véhicules pour se dégourdir les pattes, soulager leur vessie et leurs intestins. C’est pourtant le cas aujourd’hui, en 2013. Je  n’invente rien, il suffit de consulter internet pour lire le récit de ces importations massives d’Espagne.

La protection animale ne peut en aucun cas accepter la cruauté des transports sous prétexte de « sauver » des animaux ! Cette contradiction ne semble pourtant pas déranger de nombreux groupes tant français qu’étrangers. Nous le déplorons vivement car l’image des sauvetages de lévriers d’Espagne est déplorable. Les grandes associations de notre pays le soulignent chaque jour.

Pour ma part, j’ai honte de constater à quel point le problème des galgos espagnols est devenu une course à qui en ramènera le plus chaque mois. Ce n’est pas ce que j’ai prôné lorsque j’ai créé Lévriers en Détresse. Ma volonté à toujours été de sauver et faire adopter un nombre raisonnable de galgos et greyhounds, ne serait-ce que par respect des refuges et associations sur notre sol, croulant sous le nombre d’abandons. Et je suis atterrée lorsque j’entends ou lis des propos affligeants de bêtises à propos des refuges qui se trouvent dans l’obligation de faire endormir des chiens car leur nombre ne cessent d’augmenter.

Peut-être que les nombreuses années passées à œuvrer bénévolement dans la protection animale, avant de créer LED, m’ont formée et appris combien c’est difficile de gérer un refuge.

La protection animale ne s’improvise pas. Avant de se lancer dans une course effrénée d’allers et venues dans tous les sens, le bon sens c’est de donner de son temps dans un refuge proche de chez soi, d’apprendre et comprendre.

Catherine Madry-Wojciechowski

Publié dans Actualités | 4 commentaires

4 commentaires sur « Transport d’animaux vivants et cruauté programmée »

  1. Michèle Magdane a écrit :

    Bravo Catherine !
    C’est bien pour cela aussi que nous sommes à tes côtés, pour ces choix.

    Je peux temoigner qu’il y a quelques années, un magnifique Galgo a été abandonné dans un salon de toilettage de ma ville, puis le proprietaire a disparu.
    Des recherches ont été menées pour retrouver à qui etait ce galgo. Le tatouage menait à une assoc , encore proprietaire.
    Mais l’assoc qui avait confié le chien à cet individu (« trés impliqué » n’est ce pas…) avait mis la clé sous la porte…sans prevenir la Centrale Canine !

    Conclusion: le Galgo n’avait aucun proprietaire…ou « trop » de proprietaires comme on veut ! Deux fuyards en tout cas, qui (chacun de leur côté )devaient encore se vanter d’avoir , un jour, « sauvé » un galgo…

    Joli sens des responsabilités…

    Non, ceux qui l’ont sauvé sont une dame anonyme , et ses nouveaux adoptants….chez qui le levrier coule des jours heureux.
    Pour la vie !

  2. Jean-Charles a écrit :

    Je pense que Catherine a tout dit. Il n’y a rien à ajouter.
    L’un des points forts de LED est de mettre au grand jour des vérités bien trop souvent ignorées du grand public et passées sous un silence de plomb par ces mêmes groupes car elles mettraient à mal leur petit business entre ami(e)s.
    Il est plus que temps que les personnes prennent véritablement conscience et ouvrent les yeux sur les coulisses sordides de cette course incontrôlée et illégale en Espagne, qui s’opère sous couvert de protection animale.
    Depuis des années, ces action de « sauvetage » ne s’effectuent que pour satisfaire et flatter les egos de quelques individus, qui ne se soucient guère de la législation en matière de droit animal.
    Les nombreux témoignages ou expériences d’adoptants de chiens espagnols, qui parviennent au siège de LED, sur ces irrégularités ou tromperies ne font que renforcer notre volonté et notre détermination à combattre et dénoncer ce système.

  3. Daniel a écrit :

    Pour avoir participé à certains voyages en Espagne je peux confirmer que les chiens sont dans un stress total et que si un accident arrive ce serait une catastrophe. Et comme j’ai arrêté car je ne trouvais rien normal je comprends que j’ai eu raison de douter sur ces voyages qui ramènent des chiens, pas que des galgos, pas au top de leur santé assez souvent.

  4. estelle a écrit :

    J’ai longtemps surfé sur le net avant de trouver l’association(et non le chien ) qui me correspondait.
    En effet, je souhaitais de tout coeur offrir une vie heureuse a un lévrier, je me suis tournée vers X asso, qui trop souvent tenaient les mêmes propos « la leishmaniose?, c pas grave, ils vivent très bien avec… »
    Bref, on laisse les ignorants dans l’ignorance…ce qui a été mon cas.
    Par bonheur, j’ai pu échanger avec Sophie, la directrice de SDA cambrai, qui pour héberger régulièrement les greys, et connaitre réellement le sujet, m’a mise en garde.
    Elle m’a mise en relation avec Catherine et a présent, pour mon plus grand bonheur, Arnie partage ma vie.
    je n’ai pas peur de le dire, je n’ai pas choisi un chien, pour son pédigrée ou sa couleur, mais j’ai choisi une asso pour sa cause!j’en suis fière.