Janusz Wojciechowski : Député européen.

Mouvements non commerciaux d’animaux de compagnie – Conditions de police sanitaire régissant les échanges de chiens, de chats et de furets (débat)

Janusz Wojciechowski (ECR ) . – Monsieur le Président ! Nous sommes heureux que tant de gens dans l’Union Européenne entretiennent les animaux et se soucient d’eux.

Prendre soin des animaux est un bon élément de la nature humaine, c’est pourquoi nous devons faciliter la mobilité des propriétaires et des gardiens avec leurs animaux. Dans ce sens va l’acte législatif proposé et le compte-rendu de M. Schnellhardt. Je félicite le rapporteur qu’il a su encore corriger cette réglementation qui va dans une bonne direction et la concilier d’une manière convenable avec d’un côté des facilités nécessaires et de l’autre les exigences minimales requises concernant la sécurité de la santé, la santé publique et la santé animale. Je remercie pour l’amendement qui précise que l’euthanasie d’un animal, s’il arrive une situation où il s’agit d’une violation des règles de son déplacement, est une solution absolument ultime pour qu’il n’arrive pas de situations dramatiques de l’euthanasie des animaux en bonne santé uniquement à cause des procédures bureaucratiques. Il s’agit d’un amendement très important.


Protection des animaux pendant le transport (débat)

Janusz Wojciechowski , rapporteur . – Monsieur le Président ! Nous vivons dans l’Europe du XXIe siècle, nous ne sommes pas des barbares, mais la civilisation des gens d’une certaine sensibilité. Cette sensibilité nous oblige de traiter les animaux – êtres sensibles, qui vivent la douleur et la peur – de manière humaine digne de notre civilisation et de notre culture. Dans l’Union Européenne, nous avons une règlementation concernant les conditions humanitaires du transport des animaux à laquelle nous voudrions consacrer notre attention aujourd’hui.

Nous avons reçu un rapport de la Commission Européenne concernant le transport des animaux dont le nombre s’intensifie. Chaque année, près de 30 millions de porcs, plus de 4 millions de vaches, 4.000.000 ovins et plus de 150 000 chevaux sont transportés entre les États membres, où plus de 2/3 de ces transports durent plus de 8 heures, et le nombre d’animaux transportés, à l’exception des cheveux, augmente chaque année. Les animaux sont transportés sur de très longues distances et pendant longtemps – parfois plus de 24 heures – et il est très difficile d’assurer un contrôle efficace de ces transports.

La situation est mûre pour qu’on prenne sérieusement en considération l’idée rapportée par de nombreuses organisations sociales et de nombreux citoyens de l’Union, de limiter le temps du transport des animaux à une durée ne dépassant pas 8 heures. Ce postulat figure aussi dans mon rapport et a été adopté par la majorité des voix par la Commission de l’Agriculture et du Développement Rural. Les transports plus courts contribuent au bienêtre des animaux. Les transports plus courts c’est aussi une viande plus saine : c’est bien connu que le stress chronique provoque le dépôt des toxines dans l’organisme de l’animal. Les transports plus courts signifient aussi la réduction des frais, puisque les transports à longue distance sont très coûteux et ces frais sont à la charge de l’agriculteur percevant moins d’argent pour ses animaux d’un côté et de l’autre, le consommateur paie pour ces transports compris dans un prix plus élevé de la viande qu’il achète. Les transports plus courts c’est aussi moins de véhicules sur les routes et moins d’émissions de CO2, c’est aussi l’occasion du développement de la production locale de la viande dans des zones rurales à proximité des sites d’élevage. La concentration actuelle de l’industrie de la viande dans des grandes usines n’est pas un phénomène très positif.

L’idée proposée dans le compte-rendu concernant une sérieuse prise en considération de la limitation du temps du transport des animaux à 8 heures est un compromis. Nous ne disons pas que cela doit se faire immédiatement ; ni qu’on doit l’appliquer toujours et partout parce que nous nous réservons des exceptions comme par exemple pour des raisons géographiques pour les îles et les régions périphériques. Notre compte-rendu doit plutôt ouvrir la suite du débat avec la Commission, nous ne pouvons pas rester sourds aux voix des citoyens, et plus d’un million de citoyens de l’Union ont signé la pétition concernant la limitation du transport des animaux à 8 heures. Nous ne pouvons la ignorer la voix de ceux dont la sensibilité exige une telle restriction. Nous ne pouvons pas être d’accord avec la Commission qui ignore ces voix et qui dit « non parce que non ». Nous ne pouvons pas mettre en avant notre relation civilisée et culturelle face aux animaux l’intérêt de la grande industrie et celui des entreprises de transport.

Je voudrais donc demander à chacun d’entre vous d’adopter mon compte-rendu sans amendements. Grâce à un vraiment bon travail, nous avons trouvé un compromis raisonnable et rationnel pour lequel je tiens à remercier tous les députés de la Commission de l’Agriculture et aussi les collègues de l’intergroupe de la protection des animaux pour une très bonne coopération.

Mr President, Mahatma Gandhi said that the greatness of a nation and its moral progress can be judged by the way it treats its animals. We use animals for our consumption and our economy, and this will probably not change in the near future. But at the present time, we should do everything in our power to reduce the suffering of animals in all the areas in which we are using them. The limiting of transport times is a concrete issue in which we can care for animals and show evidence of high-level civilisation and culture in the 21st century.

 

2. Protection des animaux pendant le transport (débat) :

Janusz Wojciechowski, rapporteur – Monsieur le Président ! Je remercie tous les députés qui ont participé. Je vous remercie pour toutes les voix : celles qui étaient d’accord avec mon rapport et celles pleines de doutes et de remarques critiques quant ’à son contenu. Merci tout d’abord aux ghost-rapporteurs (rapporteurs-ombres ?) avec qui nous avons eu une superbe collaboration à ce rapport difficile. En acceptant la responsabilité de sa rédaction, je ne me rendais pas compte qu’il s’agirait d’un rapport qui susciterait autant d’émotions et de controverses.

Ce qui a été présenté dans mon compte-rendu est une sorte de compromis. D’un côté, nous avons eu les propositions des restrictions temporelles beaucoup plus importantes quant ’au transport des animaux. Il y avait aussi des propositions de ne pas toucher cette question. Je pense que ce qui a été présenté est un compromis raisonnable concernant la question et j’aimerai bien que ce compromis soit défendu lors du vote de demain. Demain nous allons voter. Demain nous sommes le 12-ième jour, 12 mois, 12 année et à 12 heures nous allons voter. Je voudrais que ces quatre douzaines deviennent un porte-bonheur et que nous puissions faire un pas important dans la direction d’une réelle amélioration des conditions dans lesquelles s’effectuent les transports des animaux dans l’Union Européenne.


3. Stratégie pour la protection et le bien-être des animaux (brève présentation) :

Janusz Wojciechowski (ECR ) – Madame la Présidente ! Je voulais féliciter Mme Paulsen un très bon rapport. Madame, vous avez approché ce sujet avec une grande sensibilité mais aussi avec une grande dose de réalisme. Les solutions que vous proposez sont très concrètes. Je tiens à souligner trois points :

D’abord Madame le rapporteur attire l’attention sur le problème du financement. Nous ne pourrons pas obtenir des normes plus élevées du bien-être des animaux sans avoir des ressources financières supplémentaires. Nous devons comprendre enfin que cela ne se fait pas sans argent.

La deuxième question – vous en avez parlé longuement – c’est le problème des relations commerciales et la nécessité d’inclure le bien-être des animaux dans les relations commerciales avec d’autres pays. Tout simplement, nous devrions exiger de ceux qui exportent ses produits sur le marché européen d’appliquer les mêmes normes que nous.

Et enfin, la troisième question : vous avez remarqué un problème très complexe des animaux domestiques. Nous devrions enfin créer des normes uniformes concernant le traitement de ces animaux dans l’Union Européenne parce que ces normes sont toujours manquantes.



Publié dans Actualités | Un commentaire

Un commentaire sur « Janusz Wojciechowski : Député européen. »

  1. Daniel Martin a écrit :

    Après un moment d’absence pour cause de bug internet, je reviens sur votre site avec plaisir et, une fois de plus, je trouve des informations surprenantes ! Madame Madry vous n’aviez jamais fait allusion à cet Député Européen qui, on ne peut en douter, est un proche familial. Je comprends ainsi que vous avez tous les renseignements à la source et comment encore douter que vous travaillez chez LED avec ultre sérieux.
    Votre partenariat avec Tree-Nation est une grande première et une idée formidable !
    De tout coeur avec vous et votre équipe.
    D. Martin