VIVE L’ELEVAGE !

Vous le savez, Lévriers en Détresse est une association très concernée par la protection de
l’environnement. Il est inconcevable de vouloir sauver des animaux sans songer, aujourd’hui,
à la gravité de la dégradation de notre environnement.
Nous pouvons tous faire quelque chose, chacun à notre niveau et c’est pour cela que je vous
appelle à devenir éleveur. Oui, vous avez bien lu : éleveur.
Mais attention, pas n’importe quel élevage, non ! Je vous invite à devenir éleveur d’insectes.
De nombreux insectes sont en grand danger, comme, par exemple, les papillons et les
coccinelles. Et il est si facile de les élever pour aider Dame Nature !
Sans parler de l’aspect très pédagogique de cette activité. Oui, les enfants vont adorer devenir
vos « bras droits » dans l’élevage des coccinelles et des papillons.
Les coccinelles sont les meilleures amies des rosiers et autres plantes attaqués par les
pucerons. Plus besoin de produits nocifs et dangereux, les coccinelles sont redoutables pour
les pucerons dont elles se régalent.
Quant aux papillons, imaginez ce que serait la belle saison sans eux.
Il est facile de trouver des kits pour élever des insectes tant sur internet que dans les
jardineries. Et si vous avez un beau et grand jardin où fleurissent une multitude de fleurs,
prenez conseil auprès d’un apiculteur afin qu’il dépose des ruches chez vous. C’est de plus en
plus fréquent qu’un apiculteur dépose une ou plusieurs ruches pas trop loin des siennes afin
d’offrir plus d’espace aux abeilles.
Alors, convaincus ? On s’y met tous et on devient ELEVEURS d’insectes !
Je suis impatiente de lire vos commentaires et surtout découvrir quels insectes vont devenir
vos protégés.
Catherine

Publié dans Actualités | 4 commentaires

4 commentaires sur « VIVE L’ELEVAGE ! »

  1. joelle de marseille a écrit :

    Bonjour Catherine, c’est une excellente idée mais malheureusement je ne dispose pas de jardin que je pense nécessaire pour être éleveur d insectes? Bises à tout le monde.

  2. sarrah a écrit :

    Chez nous tout est prévu pour les insectes, de jolies maisons accrochées dans les arbres.
    Il y a aussi les distributeurs de graines pour les oiseaux.
    La maison pour le hérisson.
    Deux écureuils ont élu domicile dans notre grand sapin, juste à côté du noyer.
    Une souris vit dans le lierre, sur le garage, depuis des années.
    Et nous plantons des graines et des plantes en pensant tout d’abord au bien être de ce petit monde.
    Aucun pesticide dans le jardin, nous devons seulement être plus rusés que les limaces en faisant pousser nos salades dans une petite serre.
    Comme vous dîtes Catherine, il est si simple de prendre soin de tous ces insectes. On peut même construire soit même ce genre de maisons pour insectes avec les enfants. Il y a des tas d’explications sur Internet.
    Et quel bonheur de contempler tout ce petit monde dans le jardin.

    • Catherine a écrit :

      Il est possible de mettre en place des élevages miniatures sur les balcons sans problème. Il faut que tout le monde mette du sien et participe à titre même très modeste, à la préservation du monde que nous laissons aux générations futures. C’est urgent !

  3. Michèle Magdane a écrit :

    Rappelons qu’il faut proteger les coccinelles ROUGES….il y en a des JAUNES, venues de pays lointains par le vecteur des transports de marchandises, et celles-ci sont des prédateurs terribles pour « nos » coccinelles rouges: elles les mangent goulûment ! Elles les déciment !
    Les jaunes, mieux vaut les supprimer…

    Sur ma terrasse, je nourris des rouge gorge, sur une mangeoire bien planquée, afin de ne pas attirer (trop) de tourterelles…et de perruches à collier, certes très belles, d’un beau vert pomme, ce qui d’ailleurs contrebalance leur voix criarde qui n’est pas des plus harmonieuse !
    Ces perruches, comme un autre oiseau, le « bec d’argent » ont été relâchés par des propriétaires irresponsables, et ma fois, ils se sont bien acclimatés…et prolifèrent ici.
    Quant à nous humanoïdes, c’est une autre histoire, car les perruches commencent à ravager les champs d’amandiers !

    J’ai nourri cinq « becs d’argent » un été, au mepris de mon « guide vert des oiseaux » qui disait « attention, oiseau prolifique » ! Ne négligez jamais les conseils de « pro »…à la fin de l’été, j’avais une « meute » d’environ 35 oiseaux qui me cassaient les oreilles sur la terrasse ! Car eux aussi ont une voix fracassante pour les tympans sans parler des autres desagréments !

    Parfois, en voulant trop proteger, on se trompe. Les goélands sont protegés, mais mamma mia…ils prolifèrent à ce jour, et dézinguent tous les autres oiseaux, c’est penible à voir…