Wayne, le grand gâté.

Bonjour

Après un séjour en Bretagne quelques nouvelles photos de WAYNE.

Dès que la caisse de transport a été montée, il est rentré à l’intérieur sans difficulté et il y est resté un bon moment. D’ailleurs  » l’essayer c’est l’adopter  » a t-il dit.

Du coup Anne a acheté 2 matelas et elle en a retaillé et recousu un aux dimensions du nouvel « home »pour que « Monsieur Wayne » soit installé confortablement( du coup je suis un peu jaloux…). Le 2éme matelas reste en Bretagne pour que « Mr » ait ses habitudes.

Le voyage dans ces nouvelles dispositions s’est avéré agréable. Avec un arrêt toutes les heures, Wayne ne faisait aucune difficulté pour retourner dans son « home »il nous a même surpris en y rentrant d’un bond…

Nous considérons notre chien comme un membre de la famille avec le fait qu’il faut prendre soin de lui en anticipant ses besoins et en lui aménageant un cadre de vie agréable. Tout cela parce qu’ il ne peut pas demander (quoique…) et s’exprimer par la parole. Il faut donc s’en occuper et je pense que Wayne n’est pas trop mal « tombé » .

Les photos suivantes sont pour montrer, non pas « une souris verte qui courrait dans l’herbe, je l’attrape par la queue …. » mais une souris noire géante qui vient d’être découverte en Bretagne.

Prise en photo immédiate du sujet…

Après analyse poussée, compte tenu du coté lymphatique de l’animal, les scientifiques consultés penchent plus pour un exemplaire de la race canine des Lévriers que la découverte d’une nouvelle espèce de mammifère.

Bravo Wayne ! C’était bien essayé mais ça n’a pas marché…

Avant de partir en Bretagne, nous avons regardé le site des « Lévriers en Détresse » et Anne était tombée sous le charme de la robe de Nora et de sa description qui nous correspondait parfaitement. (ah… les femmes et les robes…). Ce matin j’ai vu qu’elle était réservée, c’est très bien.

Nous allons rediscuter de l’adoption d’un 2éme lévrier pour faire un heureux, accompagner Wayne et nous faire plaisir. Souvent Anne me dit, tout en caressant Wayne, « j’en prendrai bien un deuxième ».

C’est une responsabilité que l’on doit peser.

A bientôt

Amicalement

Serge